Ma Voix

La parole a été donnée à l'homme pour déguiser sa pensée, Thomas Young

lundi 28 novembre

Le Petit lieutenant

Je dois avouer que j’étais partant dès le début : les révisions et les épreuves de l’oral de l’ENM ont beau être passées, la fatigue demeure, difficile à surmonter, d’autant plus que le stress n’a pas disparu, avec l’attente infinie des résultats… Un bon film policier, ça vaut mieux que les comédies américaines trop sucrées (Et si c’était vrai), ou les documentaires qui manquent de souffle (Les Protocoles de la rumeur). Alors je me lançais de bon cœur vers ce film français avec Nathalie Baye, Jalil Lespert et Roschdy Zem, des acteurs qui ne font finalement pas tant de bruit, et qui pourtant sont absolument splendides…

le_petit_lieutenant_00


Le Petit lieutenant donc, où la plongée d’une jeune recrue lieutenant de police venu de province, dans un commissariat parisien: le crime, c’est ce qui irrigue de vie ce groupe de policiers, mené par une inspectrice qui revient sur le terrain, après quelques années planquée dans les bureaux pour cause d’alcoolisme trop prononcé.

le_petit_lieutenant_011

La scène étant posée, vous ne savez pas encore ce que le film va présenter, mais je n’en dirait rien. Il faut simplement savoir que le film ne fait pas semblant, n’essaie pas de donner bonne conscience ou d’enjoliver la trame pour que le spectateur sorte avec le sourire… Il n’y a pas de belle histoire, juste une réalité difficile, vécue par des hommes en poste qui n’ont aucune illusion, mais font leur taff. Non, ça ne pète pas de partout, non, il n’y a pas de violons doucereux pour vous faire plaisir, ni des méchants très méchants contre des gentils très gentils. Pas d’artifice. Juste une histoire, qu’on vit, et qui fait du bien au cinéma français.

Posté par phinet à 22:45 - Comme la confiture - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire