Ma Voix

La parole a été donnée à l'homme pour déguiser sa pensée, Thomas Young

mardi 13 décembre

Le Jour J de l'année 2005

C'est le grand jour... On l'attendait officiellement pour aujourd'hui, mais c'est vrai qu'on avait espéré qu'ils ne nous feraient pas languir plus longtemps, et qu'ils les mettraient en ligne la veille, comme ils l'avaient fait pour les résultats de l'admissibilité en septembre. "Ils", ce sont les fonctionnaires du secrétariat de l'ENM. "Les", ce sont les résultats du concours de la magistrature pour l'année 2005...

Ca fait quand même un moment que je bosse dessus... Je suis rentré exprès à Paris, chez ma mère, pour pouvoir "réviser sans autre préoccupation". Pas sûr que c'était une très bonne idée, parce qu'au final, ça fait toujours bizarre de rentrer quand on a été indépendant (même financièrement, ce qui est relativement demeuré depuis deux ans) si longtemps.

enm_logo

La première tentative, pour ceux qui ont pu suivre les posts depuis l'an dernier, a été un échec... Bon, en même temps, si je suis entrain d'attendre maintenant, c'est que forcément, j'ai pas réussi l'an dernier! Il demeure quand même que l'échec a été plus cuisant que je ne l'aurais cru. Manque de travail, c'est certain. Manque d'efficacité surtout. J'étais en IEJ, et malgré toute leur bonne volonté, la méthode suivie n'était sans doute pas la bonne: des cours présentés comme des travaux dirigés, alors que ce qu'il faut, j'en suis convaincu, pour réussir les écrits, c'est une certaine forme de bachottage: quand on a fait quatre, voire cinq ou six ans de droit comme moi, il y a toujours des choses à préciser, à mettre à jour, mais on a compris le système. Alors il faut prendre des sujets, des sujets dans tous les sens, des sujets larges, des sujets précis, des sujets transversaux, des sujets presque hors-sujet, et s'en faire des plans détaillés, parfois des compositions entières, et apprendre. C'est en tout cas la méthode employée par l'ISP, un institut de préparation privé, et j'ai trouvé ça efficace. Même s'il y a, et heureusement, toujours besoin de travail personnel, c'est une évidence, le concours ne tombera pas du ciel et n'est pas (vraiment) à vendre. En tout cas, ils sont efficaces pour les écrits... Et être admissible, je dois dire, ça fait plutôt plaisir... J'ai connu ça en septembre...

Alors depuis? Des épreuves sportives à passer: pour les hommes, lancer du poids, saut en hauteur, 100m vitesse, 1000m endurance, et 50m nage libre. Avec ça, si vous n'êtes pas de bons juges!... Pour ça, il est certain qu'il faut se préparer un peu: on retrouve pas le souffle qu'on avait au lycée en quelques jours de préparation avant l'épreuve, ce qui signifie que l'été doit être mis à profit pour courir, à tout le moins... Parce qu'il faut avouer que quand on reçoit la convocation dix jours avant qui affirme que s'entraîner quinze jours avant n'est pas suffisant, on a un rire nerveux... Enfin, il ne faut pas non plus trop se stresser: les juristes ne sont pas des sportifs, donc le niveau est assez moyen, à mon image.

La veille ou le lendemain, viennent les épreuves de langue. Anglais pour ce qui me concerne. 10 minutes qui passent assez vite pour lire et préparer une analyse de texte, un article de presse du Guardian en général, paru pendant l'été, soit entre juin, juillet et août (avis à la population des candidats: il serait avisé de vous mettre à la presse anglosaxonne pour savoir de quoi il retourne!). Pour ma part, j'ai appris pendant l'épreuve que le Garde des Sceaux britannique avait décidé d'ouvrir les tribunaux aux caméras, mais avec l'interdiction entre autres de filmer un certain nombre de participants au procès, à l'exception notable du juge... Bref, c'était plus de la discussion au final, qu'une réelle analyse... Et j'ai beau me débrouiller pas trop mal en anglais, il faut bien reconnaître que quand on y est, on a du mal à retrouver ses mots... Mais bon, ça passe très vite!

enm_accueil1


Et puis viennent les véritables épreuves orale, celles dont le coefficient vous fait trembler, d'autant que l'emploi du temps est plutôt serré... En deux jours, vous passez une épreuve de droit administratif (une partie du droit administratif général, plus les principales règles d'urbanisme et de domanialité publique), une épreuve de droit public (l'autre partie de droit administratif, le droit constitutionnel ainsi que le droit européen et communautaire) ou de droit pénal (général et spécial, ce qui est assez costaud quand même!), une épreuve de procédure (pénale, civile et un peu aussi de procédure administrative), et enfin une épreuve de droit social (droit du travail et droit de la sécurité sociale). En un mot, on vous demande de réviser l'ensemble de votre scolarité de droit, soit les quatre, cinq ou six années précitées, en une journée, et surtout, quatre épreuves qui vont durer 10 minutes chacune. Car là intervient la vraie frustration: vous allez bûcher pendant un mois, deux mois, trois mois, cinq mois, et tout ça va se jouer en moins d'une heure, sur un sujet tiré au hasard. Certains auront de la chance, d'autres moins, disons-le. Là, d'expérience, je dirais qu'il faut encore employer une forme de bachottage: rien ne sert de lire tous les bouquins, sauf à avoir vraiment le temps devant soi, et alors comment en avril! Non, le mieux est sans doute de préparer des fiches de chaque sujet, chaque petit thème (c'est pas si dur de les retrouver, mais vous pouvez me demander si vous voulez!), et se faire un plan en deux parties qui reprend l'essentiel... Pas forcément un plan d'idée d'ailleurs, juste un plan simple, pour organiser sa pensée. Et à partir de là, vous apprenez... Autant dire que tout apprendre, dans quatre domaines, représentant une bonne dizaine de matière, c'est du boulot, surtout s'il faut préparer les fiches, alors prenez-vous y en avance...

Pour ma part, j'ai eu des sujets diversement appréciables: en droit public, faut-il réformer le contrôle du juge administratif? (un sujet qui demande des idées pour le coup, mais assez transversal quand on y réfléchit) ; en droit social, le conseil de prud'hommes (un sujet bateau, que j'ai bien raté, aucune excuse) ; en droit administratif, l'intercommunalité (un sujet que j'ai préparé, donc sur lequel j'étais bien au point) ; et enfin en procédure, l'instruction en matière civile (un sujet sur lequel je ne savais rien du tout)... Bref, on le voit, tout est possible, et surtout, après une matière, il faut bien se reconcentrer, parce que rien n'est joué, et il y en a d'autres qui peuvent rattraper ou vous faire chuter. Alors faire le vide, et repartir du bon pied.

Le deuxième, vient l'épreuve suprême: le Grand Oral. Cinq personnes, en principe, deux professeurs, deux magistrats, et un juge de l'ordre administratif, tous venus pour vous étudier sur un sujet qui peut être aussi divers que varié, et peut toucher n'importe quel domaine: la cuisine nouvelle, "ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort" Nietzsche, la discrimination positive, le scoutisme de 1809 à nos jours, etc.. Bref, on peut préparer des sujets, mais il faut surtout préparer la méthode. Et rester calme. En sachant qu'il y aura deux sujets, l'un étant un texte... qu'il ne faut pas hésiter à prendre: on n'a qu'une chance de passer le Grand oral, et le jury peut rester sur le sujet que VOUS avez choisi, alors mieux vaut bien peser l'alternative. Pour ma part, moi qui déteste les textes, je l'ai pourtant pris... Et je ne sais pas trop quoi en penser: j'ai rien dit d'excellent ni de très répréhensible, je me suis engagé sur des positions et les ai tenu, sereinement... Et il y a évidemment des questions sur lesquelles on n'a pas de réponse, mais là, tout le monde est logé à la même enseigne, alors autant dire qu'on ne sait pas plutôt que de se taper la honte à dire n'importe quoi! Au final, ils ont quand même eu besoin de 10 minutes sur délibérer sur mon cas, alors qu'habituellement, cinq minutes semblaient suffire... Et le débat a été suffisamment houleux pour que les candidats qui préparaient puissent les entendre... Alors s'il y a débat, c'est que certains devaient vouloir m'enfoncer, mais d'autres aussi m'aider!... Bref, on ne peut rien savoir, mais ces dix minutes de délibérations me tourmentent quand même depuis presque quatre semaines...

Bref! Les résultats devaient être affichés à Bordeaux à 17h, selon les informations recueillies par une magistrate hier, et être mises en ligne dans la foulée... Pour l'instant, il est 18h25, et je ne vois toujours rien... Peut-être qu'ils essaient d'éliminer les gens en jouant avec leurs nerfs! C'est une possibilité qu'il ne faut pas négliger! Patience... Non mais vous y croyez, vous?! Etre patient quand ça fait deux ans que vous bosser là-dessus?!? Ma seule consolation, c'est de savoir que si j'échoue, ma boîte veut me garder en cdi... alors que j'y suis depuis neuf mois en cdd, et que je gagne un salaire très correct, à mi-temps (c'est mon choix)... Au moins, je ne serai pas à la rue en attendant de trouver une nouvelle perspective!... Reste que je préfèrerais quand même refuser leur offre et partir à l'école de Bordeaux!... Affaire à suivre...

PS: 18h29. Je suis admis à Bordeaux; j'ai réussi mon concours... :))

Posté par phinet à 18:39 - Rien que pour mes yeux - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Bonjour,

    re-félicitations ! j'ai relu ton témoignage et il est très interessant dans la mesur où je me destine à passer le concours en 2009... dans quelle mesure serais tu prêt à "m'aider" ? comment tu t'y es pris pour faire des fiches ? (mémentos, cours isp?)
    merci d'avance pour ta compréhension et ta patience

    Posté par dmh, vendredi 16 novembre à 21:54
  • félicitations

    Tout est dans le titre !

    Félicitations !!!!!

    Posté par Tazou, mercredi 14 décembre à 01:21
  • mazeltov !

    et oui, le travail et la persévérance finissent toujours par payer...ishi no ue ni mo san nen, proverbe japonais qui traduit bien cette morale. je croyais en toi et j'étais persuadé du résultat. trop de qualités en un seul homme, ça finit par se savoir et se remarquer, avec évidence. je vais regretter de ne plus te voir mais si la magistrature a besoin de toi, je m'incline. bises d'un ami lointoin.

    Posté par David, samedi 17 décembre à 18:09

Poster un commentaire